“Verticales Mor Braz” de Rodolphe Marics

18 photographies sur bâches grand format (100x150cm) montées sur châssis bois exposables en extérieur.

Rodolphe Marics a revisité pour Escales Photos le territoire du Mor Braz continental vu du ciel. Ses images nous amènent à considérer le fragile équilibre de la bande littorale qui sans cesse dessine un nouveau paysage : végétal ou minéral, dunes ou marais, plages de sable fin ou estran granitique les traces de la main de l’homme y sont presque toujours omniprésente.

Après des études d’architecture et une formation de reporter d’images, Rodolphe Marics  devient photographe freelance en 1990. Il réalise des reportages et portraits pour la presse magazine et la presse institutionnelle ainsi que des commandes publicitaires et de communication. Il est aujourd’hui auteur photographe. Depuis toujours passionné par le vol libre et l’aviation, il découvre en 2007, l’ULM paramoteur. La photographie aérienne devient un nouvel axe pour son travail sur le paysage, avec la réalisation en 2011, d’une résidence de création : « Intime campagne », un partenariat avec les « Champs photographiques » et « le Village » site d‘expérimentation artistique de Bazouges-la-Pérouse. En 2012-2013, ce sera les « Voies Maritimes », une route littorale et exposition itinérante de l’Île-de-Bréhat au Cap de la Hague, croisant son regard avec ceux de Denis Bourges (Tendance Floue) et Xavier Desmiers

Ces vols photographiques le mènent vers une approche aussi contemplative que documentaire, c’est aussi transmettre l’émotion qui se dégage de ces paysages vus du ciel. L’abstraction particulière des photos aériennes permet une nouvelle lecture et mise en perspective de ce territoire unique, espace littoral aux multiples visages. Ici, le flux marin est tel qu’il modifie puissamment la géographie du lieu plusieurs fois par jour au gré des marées et génère multiples indices. Des figures éphémères et parfois étranges : évocations symboliques ou animales, ou quelques empreintes historiques issues du néolithique. La lumière joue avec les humeurs du temps et nous enseigne en les soulignant que ces traces et formes naturelles ou façonnées sont l’interaction millénaire de l’homme et de son territoire. De sa relation particulière entre la terre et la mer.
Cette citation d’Antoine de Saint-Exupéry dans Terre des hommes, 1939, a beaucoup inspiré le photographe dans son travail :
« La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres. Parce qu’elle nous résiste. L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle. Mais, pour l’atteindre, il lui faut un outil. Il lui faut un rabot ou une charrue. Le paysan, dans son labour, arrache, peu à peu, quelques secrets à la nature et la vérité qu’il dégage est universelle. De même l’avion, l’outil des lignes aériennes, mêle l’homme à tous les vieux problèmes. »
Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes, 1939.

Toutes les photographies présentées dans ses pages sont la propriété de leurs auteurs, toute utilisation qui serait faite de ces images en dehors de la promotion du festival Escales Photos sans l’autorisation écrite des auteurs est interdite et passible de poursuites en vertu des termes de Article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle.